Quartier chrétien de Beyrouth : des manifestants chiites ciblés par des tireurs

Jeudi 14 octobre, des membres des partis chiites Hezbollah et Amal ont été pris pour cibles alors qu’ils manifestaient devant le palais de justice de la capitale libanaise.

L'enquête sur l'explosion du 4 août 2020 n'en finit pas de pourrir la vie politique. Le très encombrant juge Tarek Bitar veut entendre d’anciens ministres chiites et cela ne plaît pas aux mouvements Hezbollah et Amal, les deux puissants partis pro-iraniens au Liban. Leurs partisans ont défilé devant le palais de justice mais des tireurs embusqués ont pris pour cible le cortège.

Le quartier de Aïn El-Remmaneh est à majorité chrétienne, et ses habitants n’ont pas apprécié de voir des chiites y défiler armes à la main. Avant même les échanges de tirs, des heurts avaient éclaté entre des jeunes du quartier et des manifestants. Pour l’instant on ignore tout des tireurs, même si le Hezbollah et Amal attribuent cette embuscade à des miliciens du Parti chrétien des forces libanaises. Ces scènes de combat urbain ont ravivé de mauvais souvenirs. La guerre civile (1975-1990) avait commencé dans ce quartier.

Il y a un risque de représailles et on attend des chefs politiques qu'ils tiennent leurs milices respectives pour les éviter.