Le vent tourne dans la cité phocéenne. Hier à Strasbourg, en championnat, les hommes d’Igor Tudor ont essuyé un nul après avoir mené 2–0 jusqu’à la 75e minute. Mercredi, ils avaient perdu 2–1 sur le terrain de l’Eintracht Francfort. Y aura-t-il un sursaut face à Tottenham mardi prochain ? Depuis quelque temps, Marseille enchaîne les contre-performances. La faute à certains joueurs et à un calendrier chargé.

Déci­dé­ment, les sup­por­ters mar­seillais n’auront aucun répit cette sai­son. Après deux défaites consé­cu­tives face à Ajac­cio et au PSG, les Mar­seillais ali­gnèrent une troi­sième défaite de rang face au Racing Club de Lens (0–1). Ils dégrin­go­lèrent à la cin­quième place du cham­pion­nat, eux qui étaient encore deuxième il y a deux semaines ! L’OM nour­rit pour­tant de grandes ambi­tions cette année. Son début de sai­son était réus­si en cham­pion­nat et son retour au pre­mier plan en Ligue des cham­pions, grâce à leurs deux vic­toires face au Spor­ting Por­tu­gal, annon­çait de grandes ambi­tions. Cette mau­vaise passe arrive au pire moment pour les Pho­céens. Car leurs rivaux Lyon­nais retrou­vèrent le che­min de la vic­toire dans le même temps à Mont­pel­lier (1–2). L’affiche du 6 novembre entre les deux clubs olym­piens s’annonce déjà déci­sive pour deux écu­ries en besoin de points.

Un manque de réussite 

Face à Lens, les Mar­seillais déve­lop­pèrent pour­tant un jeu sédui­sant, domi­nèrent lar­ge­ment la pre­mière mi-temps. Selon leur entraî­neur Igor Tudor, « ce fut pro­ba­ble­ment notre meilleur match ». Mais l’OM buta sur le gar­dien du Racing, Brice Sam­ba. Consé­cu­ti­ve­ment Mbem­ba puis Clauss et San­chez man­quèrent la cible. La fini­tion n’est pas le fort des ciels et blancs (1 seul but mar­qué en 3 matches !). Pour­tant, avec des recrues en attaque comme la star chi­lienne Alexis San­chez ou le retour d’A­mine Harit, les Mar­seillais avaient tout pour croire en une sai­son flo­ris­sante. El nino Mara­villa, auteur de 4 buts, tra­verse quant à lui une période de disette depuis le 10 sep­tembre. Igor Tudor est coin­cé : il n’a pas la pos­si­bi­li­té de faire souf­fler son atta­quant vedette tant les choix sur le banc sont maigres. Luis Sua­rez, le jeune atta­quant colom­bien, n’ar­rive pas à convaincre.

Des pres­ta­tions indi­vi­duelles en demi-teintes

L’at­taque pêche aus­si par la condi­tion phy­sique et le manque de régu­la­ri­té de cer­tains joueurs à voca­tion défen­sive. La Coupe du monde com­mence dans trois semaines et, pour ne pas bous­cu­ler le calen­drier, les matches s’en­chaînent tous les trois jours. Cer­tains joueurs ont du mal à s’adapter comme Jona­than Clauss, bien en peine de faire un match com­plet cor­rect, ou le défen­seur bos­nien Sead Kola­si­nac qui empile les bles­sures. Le laté­ral gauche Nuno Tavares déçoit éga­le­ment, mal­gré son meilleur début de sai­son depuis le début de sa car­rière. Le Por­tu­gais ne brille point par son sens du jeu, alors que ses qua­li­tés tech­niques sont indé­niables. Ses repla­ce­ments défen­sifs ne sont que trop rares et sa dif­fi­cul­té à don­ner son bal­lon dans le bon tem­po agace ses coéqui­piers. Les Mar­seillais ne décrochent pas encore au clas­se­ment mais il va fal­loir qu’ils se reprennent vite s’ils veulent que leurs sup­por­ters fêtent une nou­velle vic­toire sur le Vieux Port.