Lundi 9 novembre en milieu de journée, les laboratoires Pfizer et BioNTech, qui travaillent sur un vaccin contre la Covid-19, ont annoncé des résultats encourageants. Les Bourses européennes se sont envolées à cette nouvelle.

Les laboratoires Pfizer et BioNTech travaillent depuis plusieurs mois à la recherche d’un vaccin contre la Covid-19. Or, ils ont annoncé lundi 9 novembre un vaccin « efficace à 90 % ». Cette bonne nouvelle a fait s’envoler les Bourses européennes. Ainsi, à la mi-journée, la Bourse de Paris avait pris 5,46 %, celle de Francfort 5,56 %, celle de Londres 5,05 % et celle de Milan 5,48 %. Ces performances sont, dans l’ensemble, les meilleures depuis six mois.

Le vaccin contre la Covid-19 permettrait à l’économie mondiale de reprendre sa course

L’économie mondiale a en effet beaucoup souffert de l’épidémie de Covid-19, à cause des mesures destinées à limiter la propagation du virus, mettant certains secteurs économiques littéralement à l’arrêt. L’annonce d’un vaccin contre la Covid-19 permet d’espérer non seulement un retour à la normale rapide mais aussi un rebond inédit de l’activité économique mondiale, du fait d’un inévitable phénomène de rattrapage. Le cours du pétrole a ainsi grimpé en flèche à l’annonce de l’efficacité du vaccin contre la Covid-19. Le Cac 40, lui, a retrouvé en une séance son niveau du 16 septembre, et pourrait clôturer la journée sur une hausse historique. Les secteurs les plus touchés, comme l’aéronautique, l’immobilier commercial, ou encore l’affichage sont ceux qui accusent les remontées en Bourse les plus fortes. Airbus affichait en séance plus de 30 % de progression, talonné par JCDecaux  à 29 %.

La Bourse augmente, mais pas seulement grâce au vaccin contre la Covid-19

Si le vaccin contre la Covid-19 est pour beaucoup dans les fortes montées des Bourses mondiales, il n’est pas le seul paramètre à prendre en compte. La Bourse avait déjà bien commencé la semaine grâce à l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis, élection confirmée samedi, alors que les marchés étaient fermés. Le nouveau président américain devrait être moins clivant et imprévisible que Donald Trump, ce qui permet à la Bourse d’envisager des jours meilleurs.