Le 2 décembre ne célèbre pas seulement la victoire d’Austerlitz. En 2001, l’équipe de France était sacrée pour la 9e fois en Coupe Davis. La bataille eut lieu en terre australienne. Retour sur cet exploit des raquettes tricolores.

C’était il y a 19 ans jour pour jour, la France, emmenée par un Julien Escudé des grands soirs, remportait son 9e sacre en Coupe Davis. Les Français dominèrent les Australiens de Lleyton Hewiit et de Patrick Rafter, respectivement 1er et 7e joueur mondial. Pourtant, en ce 2 décembre 2001, on ne donnait pas cher des chances tricolores, face à Lleyton Hewwit qui venait de remporter le Master Séries Indian Wells (Californie). Emmené à Melbourne par le sélectionneur Guy Forget, les Bleuets ne se mirent jamais la pression, en dépit de la fougue des supporters australiens.

Escudé-Arthurs : le match décisif

C’est Julien Escudé qui permit aux tricolores de remporter la cinquième manche décisive de la finale. « Le Scud » affrontait le 177e joueur mondial Wayne Arthurs, réputé pour son service très puissant. Escudé, alors 27e au classement, était lucide et résolu : « Je savais que je pouvais être décisif. Déjà tout simplement de par ma position. Quand vous êtes le numéro deux d’une équipe, vous êtes conscient que si vous arrivez à 2-2, vous devrez entrer sur le court pour décider du sort de la partie. Je m’étais préparé à cette éventualité ».

Le numéro un de cette équipe n’était autre que Sébastien Grosjean. En grande difficulté, il ne remporta aucun set. C’est le double emmené par Pioline-Santoro qui permit à la France d’égaliser à 2-2 avant la cinquième manche mémorable de Julien Escudé.

Une belle page dans l’histoire de la Coupe Davis.