Elisabeth Borne : qui peut prendre sa place comme Premier ministre ?

Depuis quelques jours les rumeurs d’un remaniement ministériel en France vont bon train, la défiance pour les 42 ministres se creuse et en particulier pour madame le Premier ministre. Qui pourrait-prendre sa place ?

 

Le changement c’est presque maintenant ! Du moins c’est ce qu’aimeraient les Français, selon un sondage Odoxa-Backbone publié par le Figaro ce matin du 18 juin. Près des deux-tiers des Français estiment qu’Élisabeth Borne devrait démissionner de son poste de Premier ministre, sa place est sérieusement menacée. Chose confirmée dans les rues par notre micro-trottoir où les français de tous âges et de toutes origines sociales se prononcent en majorité en faveur de son départ :

Après à peine 13 mois de présence, elle ne semble pas être celle qui va faire remonter les 34 mois moyens de longévité d’un Premier ministre à Matignon. Qu’elle se console, au moins elle aura battu le record de son unique homologue féminin à ce poste, Édith Cresson, et ses 10 mois d’activité...

Ce sentiment de mécontentement contraste particulièrement avec l’opinion publique mesurée lors du départ d’autres Premiers ministres. En 2020, l'ancien Premier ministre Édouard Philippe, par exemple avait été écarté alors que sa cote de popularité avoisinait les 50% et dépassait celle du Président Emmanuel Macron.

Plus que madame le Premier ministre Borne, c’est la République en Marche toute entière qui suscite le mécontentement, et plutôt que de compter à quel point les ministres suscitent l’adhésion pour calculer leur popularité, le sondage Odoxa-Backbone observe le taux de rejet dont ils font l’objet. Force est de constater qu’à part Sébastien Lecornu, ministre des Armées, tous les ministres voient au moins 35% des français demander leur départ tandis qu’à part Bruno Le Maire, aucun n’arrive à susciter plus de 35% d’adhésion.

 

Plus qu’un remaniement pour le poste de Premier ministre, les Français demandent un changement de ligne politique

 

56% des français désirent que le gouvernement passe un accord avec les Républicains, montrant que malgré leur défaite cuisante aux présidentielles, ils sont encore vus comme un parti crédible qui a sa place dans les affaires gouvernementales. Au grand dam de Manuel Valls, toujours à l’affut d’un poste, qui déclarait le 9 juin sur « ça vous regarde » que la politique lui manquait beaucoup. Mais face à l’impopularité d’Élisabeth Borne est-ce dans leurs rangs qu’un Premier ministre sera trouvé ? Et bien pas vraiment, le « favori » ou plutôt le moins « défavori » est Bruno Lemaire, puisque « seulement » 50% de la population estime qu’il ne serait pas bon dans le poste, tandis que 30% l'y verrait bien. Il devance largement Xavier Bertrand, le seul des Républicains considéré en lice, qui suscite 52% de rejet pour 24% d’adhésion.

Il est surtout plus crédible de regarder du côté de personnalités politiques moins connues du grand public pour devenir Premier ministre

Ces personnalités pourraient bien remplacer Elisabeth Borne, elles ont l’avantage de ne pas susciter instantanément de grande impopularité, après tout c’était la stratégie d'Emmanuel Macron en nommant Élisabeth Borne Premier ministre. Dans cette optique, et malgré une adhésion presque inexistante, Julien Denormandie, ancien ministre de l’agriculture est en position favorite car « seulement » 39% des Français ne le voient pas dans le poste et 53% attendent de voir. Dans la même optique Yaël Braun-Pivet et Sébastien Lecornu sont crédibles puisqu’avec des scores de rejet autour des 40%, ils sont les cadors de la popularité Macroniste…

Devant ces chiffres, si ce sondage montre bien quelque chose, c’est que les Français ne veulent plus de la Macronie.

 

Bastian Siguret

 


Ciotti : la surprise du congrès des Républicains

Éric Ciotti, vainqueur du premier tour de la primaire des Républicains, a surpris tous les commentateurs, à commencer par les sondeurs. Ceux-ci partaient du principe que ce serait Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse qui s'imposeraient. Avec 25,6% des voix, et fort d’une participation de 80%, il donne de nouveaux espoirs aux anciens fillonistes et à toute une frange libérale-conservatrice dans son parti.

Une grande joie et un grand enthousiasme se sont emparés des militants et des soutiens d’Eric Ciotti dans l’après-midi du 2 décembre. Le candidat le moins attendu de la primaire, a nettement devancé ses adversaires, en remportant 25,6% des votes exprimés par les militants du congrès LR. Xavier Bertrand et Michel Barnier sont arrivés respectivement troisième et quatrième du scrutin, avec un score avoisinant les 23-24%. Le quatrième homme, qu'on s'attendait à voir jouer de nouveau le rôle de soutien du vainqueur, est finalement le premier de la course. Il devance de peu Valérie Pécresse, qui recueille 25% des suffrages, juste derrière lui.

« C’est un redressement national »

C’est en ces mots qu’Éric Ciotti a débuté son allocution devant un parterre de journalistes. C’est sans doute la première fois que les médias portent autant d’intérêt au candidat victorieux du premier tour. Eric Ciotti prétend incarner une droite qui s’assume, avec un programme qu’il a souvent revendiqué de « radical ». Finies les demi-mesures dans le domaine de la sécurité, de l’immigration ou encore de l’économie. Ciotti est le candidat de la sécurité, de l’ordre et des baisses d’impôt. Il se prétend celui qui rassemble tous les fillonistes déçus, et ceux qui seraient encore tentés de rejoindre la Rassemblement national, et surtout Éric Zemmour.

« Je n’ai jamais quitté le parti »

Ciotti est le candidat de la loyauté. Il n’a pas manqué de le rappeler ces derniers mois, pour se démarquer de ses deux principaux concurrents Xavier Bertrand et Valérie Pécresse. L’un et l’autre avaient claqué la porte des LR, en 2017 et 2019, dénonçant la ligne trop radicale du parti. Ils ont été forcés de le rejoindre en fin de compte. Le plus récalcitrant, Xavier Bertrand, ne peut que le regretter, maintenant qu’il est disqualifié pour le second tour de la primaire.

Un combat difficile en perspective 

La victoire du « candidat de la radicalité » au premier tour ne signifie pas qu’il a ses chances pour le second. « Ciotti est le Sandrine Rousseau des Verts », affirmait l’éditorialiste au Figaro Carl Meeus sur le FigaroLive hier après-midi. Il est capable de rassembler une frange importante de la droite LR, mais pas de l’unir. Les ralliements immédiats de Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin à Valérie Pécresse après l’annonce des résultats, sont le signe qu'un front anti-Ciotti s'est bien formé pour le second tour, au sein du parti (second tour qui a débuté ce matin).  Les militants suivront-ils les consignes de leur champion ou non ? Tout dépendra de la capacité de Ciotti à rassembler, tout en conservant son image d’homme de convictions. Nous saurons samedi s’il y est parvenu.