De nouveaux éléments viennent infirmer le motif de la tentative d’assassinat d’un prêtre orthodoxe à Lyon. Dès le 31 octobre, jour de l’agression, le règlement de comptes était évoqué.

Le suspect, en garde à vue depuis hier vendredi 6 novembre, un géorgien d’une quarantaine d’années vient de révéler qu’il était l’auteur du tir sur le prêtre orthodoxe Nikolas Kakavelakis. La liaison qu’entretenait le prêtre avec la femme du suspect serait la cause de son acte. Le suspect était dans les fichiers de la police et avait déjà été interpellé pour divers délits : détention illégale d’armes et conduite sans permis. Le prêtre avait été touché par plusieurs balles et transporté à l’hôpital dans un état critique.

Sorti du coma, le prêtre orthodoxe n’a pas nié les faits qui ont entraîné cette agression

Nikolas Kakavelakis a reconnu la liaison avec la femme du suspect géorgien et l’a traité de « mari jaloux ». Ce prêtre orthodoxe était déjà connu des services de police pour des rixes avec certains de ses fidèles et sa vie personnelle peu exemplaire. Le parquet anti-terroriste ne s’était donc pas saisi de l’affaire.

 

Plus d’informations à venir….