Joe Biden vient de remporter l’élection américaine et le positionnement du pays sur la scène internationale en sera radicalement transformé. Il compte mener une politique étrangère à l’exacte opposée de celle de son prédécesseur Donald Trump. Si les résultats sont validés par les différentes cours suprêmes, les États-Unis repasseront d’une logique isolationniste et belliqueuse, à une doctrine du leadership mondialiste.

Le premier objectif de Biden est de se « réconcilier » avec ses alliés historiques, à savoir les Européens et de relancer la coopération au sein de l’Organisation du Traité Nord Atlantique (OTAN). Se décrivant lui-même comme un « patriote de la vieille école », il compte bien reprendre le leadership du monde libre, que l’on pourrait requalifier aujourd’hui de monde libéral.

Joe Biden, officiellement 46e président

Néanmoins il semble avoir pris la mesure des échecs de ses prédécesseurs en Afghanistan et en Irak. Pas question d’exporter la démocratie par des actions militaires. Il compte davantage s’appuyer sur les instances internationales notamment pour faire pression sur la Chine. Également reprendre les négociations sur l’accord du nucléaire iranien, avec une probable levée de l’embargo et des sanctions économiques.

Du point de vue des instances internationales, une validation de la victoire de Joe Biden entraînerait le retour des Etats-Unis à l’OMS et une participation du pays aux efforts communs de lutte contre la pandémie de Covid-19. Autre changement essentiel : la fin des blocages à la nomination de nouveaux juges à l’OMC, qui permettrait à l’organisation de fonctionner de nouveau.  L’OMC étant totalement paralysée depuis 2019, suite à l’obstruction des États-Unis à la nomination de nouveaux juges, en réponse au laxisme de l’Organisation face à la Chine.

Que va faire Donald Trump ?

A l’heure ou nous publions cet article, le président américain en exercice Donald Trump n’avait pas encore réagi, ni non plus bien sûr contacté son challenger et probablement, successeur…