À l’heure où la France rebaptise les rues de ses villes, éradiquant de la mémoire collective les plus grands noms de l’histoire de France, une station de métro nommée « Saint Louis » s’apprête à ouvrir à Bangkok, en Thaïlande.

Dans quelques semaines, les Thaïlandais inaugureront leur métro aérien. Le choix des stations de métro a retenu un nom français, celui de Saint Louis, roi de France au XIIIe siècle. Pourtant, accusé d’avoir participé aux croisades et d’avoir imposé le port de l’étoile jaune pour les juifs, Saint Louis est presque devenu persona non grata sur le sol français. Mais ce choix s’est imposé par la proximité immédiate de l’hôpital Saint Louis dans ce quartier de Bangkok.

Photo de l’arrêt de métro Saint Louis, bientôt en service.

L’hôpital Saint Louis, une oeuvre de charité d’origine française

« Là où se trouve la charité, là aussi est Dieu ». La devise de l’hôpital Saint Louis ne s’intéresse pas à des considérations historiques, mais encourage à l’amour pour les malades et les plus faibles. Depuis plus de 120 ans, l’hôpital tenu par des religieuses continue sa mission de soin de la population.

Lors de sa création en 1898, Mgr Louis Vey, prêtre des Missions Étrangères de Paris, parvient à collecter 250 000 francs et commence à construire un grand hôpital au cœur de la capitale thaïlandaise. Mgr Vey reçoit aussi un don de 100 000 francs de la part de la République laïque, mais l’on ne trouve aucun Français pour s’en offusquer.

Une station Saint Louis pour le quartier Saint Louis

L’hôpital est devenu un symbole dans la capitale thaïlandaise, si bien que lors de sa visite en novembre 2019, le pape François y a fait un arrêt. Il a alors encouragé le personnel soignant à créer une « une pastorale de la santé, où non seulement les patients, mais aussi tous les membres de cette communauté peuvent se sentir accompagnés et soutenus dans leur mission ». Le pape s’est ensuite rendu aux chevets des malades accueillis dans l’hôpital Saint Louis.

 

Côté Thaïlandais, les réactions divergent : certains déplorent que le nom choisi ne reflète pas l’identité thaïe, quand d’autres, plus pragmatiques, estiment ce choix logique puisque la station se trouve près de l’école Saint Louis, de la paroisse Saint Louis et de l’hôpital Saint Louis. Le quartier Saint Louis est donc un des signes de l’influence française en Thaïlande, notamment au travers des missionnaires catholiques.