Depuis quinze ans, The Economist Intelligence Unit (EIU) calcule chaque année (excepté en 2007 et 2009) l’indice de démocratie des différents pays de la planète. Le classement 2020 vient de tomber. La France perd plusieurs places, et change de statut. La pandémie n’y est pas pour rien.

En 2020, les calculs pour évaluer l’état de la démocratie ont été effectués pour 167 pays. L’EIU se fonde sur plusieurs indices tels que « le fonctionnement du gouvernement », « la participation à la politique » ou encore « les libertés civiques ». La France passe plus d’années sur le banc des élèves moyens que sur celui des bons élèves. Elle était pourtant redevenue une « démocratie à part entière » en 2019 mais cette année son statut régresse au rang de « démocratie défaillante ». Il faut obtenir une moyenne de 8/10 et la France obtient cette année le score de 7,99/10. Les résultats sont particulièrement bas en 2020 puisque ce sont les pires jamais obtenus depuis la création de l’indice.

La pandémie est mauvaise pour la santé de la démocratie

La dégradation générale des chiffres serait due à la manière dont les gouvernements démocratiques ont réagi à la pandémie. Les restrictions générales imposées par les consignes sanitaires et les différents états d’urgence ont radicalement changé le quotidien des peuples attachés à leur liberté et habitués au régime démocratique. La Belgique, l’Autriche et l’Irlande perdent elles aussi de nombreux points en 2020, pour ne citer que ces trois-là. La multiplication des confinements serait la première mesure en cause puisqu’elle interdit tous les déplacements et force de nombreux commerces à fermer. Des libertés pourtant fondamentales que beaucoup de gouvernements élus n’ont pas longtemps hésité à bafouer pour essayer d’assurer un peu de sécurité. La moyenne de l’ensemble du monde a chuté à 5,37/10 alors qu’elle était à 5,44/10 en 2019.

La démocratie française était déjà malade avant la pandémie

La France est 9 fois classée dans les élèves moyens sur les 13 indices mesurés depuis 2006 et elle n’approche jamais les excellents élèves de la classe que sont les pays nordiques. Si la démocratie se porte mal à l’échelle de tous les pays, c’est particulièrement vrai à l’échelle de la France qui voit son indice se maintenir péniblement dans une moyenne tout juste honorable. Rappelons que dans le détail des chiffres, le critère qui vaut chaque année à la France ses mauvais résultats est celui de « la culture politique ». C’est une manière de comprendre que, pandémie ou non, les Français s’intéressent très modérément à la politique. Alors que penser d’une démocratie où les principaux acteurs n’ont pas envie de jouer leur rôle ? Dans ce contexte, « démocratie défaillante » est le moins que l’on puisse employer pour qualifier cet état de fait.