Le nombre de mariage est en chute libre, selon une dernière étude de l’INSEE.

225000 mariages en 2019. Vu comme ça, on se dit que ce n’est pas mal. En fait, c’est tout le contraire : ramené à la croissance démographique, le nombre de mariages ne fait que diminuer. En 1958, on comptait 300000 unions pour… 45 millions d’habitants ! Soixante ans plus tard, la courbe ci-dessous parle d’elle-même :

 

 

Figurez-vous que le nombre de mariages est aujourd’hui comparable au nombre de Pacs (200000 en 2018) !

Estival et festif

« Le mariage devient de plus en plus synonyme de fête, davantage qu’une obligation pour entrer dans la vie de couple », note l’INSEE. Ce changement d’état d’esprit fait évoluer l’événement lui-même. Au XIXe siècle, la plupart des mariages se célébraient en hiver car la France, à l’époque rurale, ne pouvait s’absenter pendant les moissons. En 2019, 3/5 des mariages eurent lieu pendant la saison estivale, de juin à septembre. Cette tendance s’affirme depuis les années soixante. Elle fait écho à la démocratisation des congés payés. Un mariage, dans 85% des cas, est scellé un samedi.

« Alors que la nature nous impose, tout au moins partiellement, la date d’une naissance ou d’une mort, elle nous permet de choisir celle d’un mariage »

Jean Bourgeois, 1946

Une tradition qui se perd… ou évolue

Cette étude permet de savoir que 40000 divorcés se remarièrent en 2019, ainsi que 2500 veufs. Il y eut aussi plus de 6000 mariages dits « homosexuels ». Les données révèlent que les mariages contractualisent autant de couples déjà installés que de célibataires qui changent d’état de vie. On se marie de plus en plus tard, surtout entre 30 et 50 ans.

Une sortie de messe de mariage en 1970

Un autre chiffe retient l’attention : près de 40000 mariages sont mixtes, c’est-à-dire que l’union concerne un Français et un ressortissant étranger.

L’année 2020 risque d’être un cru exécrable pour les statistiques du mariage, Covid oblige. Une question se pose à présent : la courbe remontera-t-elle après les phénomènes inédits du confinement obligatoire et de la distanciation sociale forcée ?