La Commission européenne va présenter son projet de passeport vaccinal au cours du mois de mars. Emmanuel Macron avait déjà évoqué la mise en place d’un « pass sanitaire » au mois de février. Comment l’Europe et la France vont-elles mettre ce système en place ?

Le journaliste Christophe Barbier nous prévenait il y a quelques mois : pour aller au restaurant, au cinéma, sortir de chez soi ou voyager, il faudra être vacciné. Devant cette dérive totalitaire, bon nombre de Français avaient exprimé leur angoisse à un gouvernement  pétri de contradictions et incapable de rassurer. La fin de la crise ne se profile toujours pas et l’idée a finalement du passeport vaccinal fait son chemin, apparaissant presque comme une solution raisonnable. La question du respect des données personnelles et les impératifs économiques sont au cœur du débat.

Pass ou passeport ? sanitaire ou vaccinal ?

Emmanuel Macron ne voulant pas effrayer parle donc de « pass sanitaire ». Sans doute une façon d’éviter d’associer passeport et vaccination. Le pass serait une condition de réouverture des lieux culturels et des restaurants. Rappelons qu’en France, début mars 2021, moins de 5% de la population a été vaccinée et ce chiffre est identique à l’échelle de l’Europe. Par ailleurs, les Français ont été largement hostiles au vaccin (58% contre, le 3 janvier sur Ouest France) puis majoritairement favorables (56% pour, le 7 janvier sur LCI). Un peu plus tard vers mi-janvier, France 24 annonçait que près de 60% des Français étaient favorables au passeport vaccinal. Les chiffres paraissent peu vraisemblables ou bien révélateurs d’une population aussi perdue que semble l’être son gouvernement.

L’Europe favorable au passeport vaccinal « vert »

La Commission européenne s’intéresse à la question et parle de « passeport vert numérique attestant d’une vaccination » contre la Covid ou de tests négatifs pour voyager plus librement. Les 27 membres de l’UE sont donc d’ores et déjà en train de réfléchir à une norme commune pour ce passeport mais leur motivation demeure économique avant tout. Pour eux, le problème majeur est qu’un pays avec des restrictions plus faibles que les autres attirera fatalement le plus de touristes. Ce qui serait injuste et s’apparenterait à de la concurrence déloyale. À ce jeu-là, le premier pays vacciné remportera toute la mise économique.