Face à la crise que subit le milieu ensei­gnant, le nou­veau ministre de l’E­du­ca­tion natio­nale annonce son pro­jet dans une inter­view don­né au Pari­sien le 26 juin. Il pro­met éga­le­ment « un prof devant chaque classe à la ren­trée » de l’année pro­chaine.

Mal­gré les polé­miques qui l’ont entou­ré dès sa nomi­na­tion, Pap Ndiaye se montre très déter­mi­né. Ce der­nier a pu l’ex­pri­mer à tra­vers les lignes du Pari­sien paru le 26 juin. C’est la pre­mière fois que le nou­veau loca­taire de la rue de Gre­nelle s’ex­prime depuis sa nomi­na­tion. Le nou­veau ministre du gou­ver­ne­ment Macron a notam­ment annon­cé de futures aug­men­ta­tions de salaire pour les ensei­gnants. Le ministre annonce notam­ment des hausses de salaire à venir pour les ensei­gnants. « La hausse de rému­né­ra­tion sera com­po­sée de deux parts. La pre­mière sera non condi­tion­née et s’appliquera à tous les ensei­gnants. Ce qui implique de pas­ser le salaire de départ des jeunes au-des­sus des 2 000 euros net.” Le nou­veau ministre ajoute que “Ce sera en 2023. Par ailleurs, nous met­trons en place une part sala­riale condi­tion­née à des tâches nou­velles. »

Dans le même article, Pap Ndiaye affirme que l’E­du­ca­tion natio­nale a dénom­bré 627 signa­le­ments pour des atteintes à la laï­ci­té de décembre 2021 à mars 2022 dans les éta­blis­se­ments sco­laires. Ces signa­le­ments sont « glo­ba­le­ment stables » si l’on les com­pare aux chiffres des pre­miers mois de l’année sco­laire 2021–2022. En effet il y a eu neuf signa­le­ments de moins, cepen­dant la part des tenues reli­gieuses contre­ve­nant à la laï­ci­té dans le chiffre glo­bal a aug­men­té. Pap Ndiaye indique que ces chiffres repré­sentent 22% du total des signa­le­ments. En dépit de ces infor­ma­tions alar­mantes, le ministre n’ou­blie pas de pré­ci­ser qu’il n’y aura pas de com­pro­mis avec le Ras­sem­ble­ment natio­nal, il en fait sa ligne rouge, sa ”bous­sole politique.’’

Des pro­messes qui vont à ravir aux jeunes pro­fes­seurs mais qui laissent plus scep­tiques les plus anciens qui se sentent lésés par cette déci­sion ne valo­ri­sant plus l’ancienneté.